Teintures Végétales

En cliquant sur les images vous aurez le descriptif de la laine, son prix, son poids et son métrage.
Les fils sont lavés avec éthique et sont prêts à être utilisés.
Un lavage à la main, à froid et un séchage à plat sont recommandés l’ouvrage terminé.
La laine « Superwash » est traitée pour sceller les écailles et éviter ainsi le feutrage, on peut la laver à la machine, avec un vrai programme laine à 30°, mais la teinture végétale s’accommode mal de lavages en machine.
Certaines couleurs peuvent dégorger lors du premier lavage.
La laine est vendue en écheveaux, je peux gracieusement les mettre en pelotes mais cela implique des frais de port plus élevés, les pelotes sont plus volumineuses que les écheveaux.

Les photos sont prises au plus près de la couleur réelle mais l’affichage peut être différent d’un écran à l’autre.

 

Les teintures végétales 

Mes laines sont teintes à partir de plantes tinctoriales par mes soins.

Je cueille moi-même une partie des plantes que j’utilise dans la campagne environnante ou lors de mes voyages (le genêt, la bruyère, les fleurs de carotte, la ronce, le noyer…). Pour l’autre partie, je l’achète sous forme d’extraits, de pigments, de plantes séchées… (l’indigo, la garance, le bois de santal…).

J’ai aussi en culture dans mon jardin de la camomille des teinturiers, de la gaude, des coréopsis, des cosmos sulfureux, des dahlias…

La teinture végétale est un long procédé fait de cueillettes, de séchage, de cuisson en décoction des plantes, de lavage, de préparation de la laine à la teinture, de cuisson de la laine pour la teinture, de rinçage, de mise en écheveaux et d’étiquetage.

Toutes mes teintures sont faites artisanalement, en petites quantités avec amour et passion.

La teinture végétale est rarement reproductible à l’identique. Beaucoup de facteurs rentrent en jeu dans le résultat final : la provenance de la plante, la période de récolte, le temps qu’il a fait avant la cueillette, le ph de l’eau, si la plante est fraîche ou séchée, la nature de la laine et bien d’autres choses encore. On connaît la gamme de couleurs qu’une plante va donner mais la surprise est toujours au rendez-vous pour la teinte obtenue.

J’essaie dans la mesure du possible de rester dans une démarche la plus éthique possible, produits bio pour les lavages, récupération d’eau de pluie pour les cuissons, cueillettes loin des routes et des endroits pollués…

J’utilise aussi des teintures éco-responsables «Greener Shades».

Ce sont des colorants acides ne contenant pas de métaux lourds.

Ils sont conformes aux normes de l’Organic Trade Association pour le traitement des fibres en bio.

Ces teintures sont très résistantes au lavage et à la lumière.